Sujet de mémoire de master

Qui dit première année de master de sociologie, dit mémoire de master. Au bas mot écrit 60 pages.
Mon mémoire de licence avait porté sur la coordination des pratiques d’insertion des personnes adultes handicapées en milieu ordinaire de travail .
Cette année je reste toujours dans la thématique du travail, je crois que cela devient mon domaine de prédilection, et à partir d’une expérience personnelle je vais me pencher sur le rapport au travail à travers l’expérience du job étudiant.


Quand je parle d’expérience personnelle, il faut comprendre le job d’hôtesse de caisse que j’ai fait pendant près de deux ans. Drôle de contradiction pour une étudiante en sociologie de faire un boulot aliénant… quoi que…
Comment des étudiants en filières générales diplomantes se retrouvent à faire des jobs peu qualifiés ? Beaucoup vont me dire que c’est pour se faire de l’argent, mais est ce qu’il y a vraiment que ça ? L’université est vécu comme un passage pour beaucoup d’entre nous. On y rentre, on y étudie, on en ressort pour la plupart avec un diplôme et c’est tout. l’université n’offre pas de cadre d’intégration. Qui n’a jamais dit que la faculté c’était un sacré bordel ? Alors où trouver des repères ? Dans le travail peut-être, même s’il est peu qualifié/qualifiant ?

Il y a beaucoup de questions autour de mon sujet, certaines seront traitées d’autres non. Actuellement, je suis en train de préparer mon échantillon de terrain. En gros je sélectionne des critères de l’étudiant type qui fait un job étudiant (université générale, temps libre, emploi peu qualifié…).

Toutes questions ou suggestions sur mon sujet sera le bienvenue :).

En attendant je vous invite à lire le très bon article de Damien Cartron intitulé Le sociologue pris en sandwich, retour sur une observation participante dans un fast-food. Attention c’est un pdf.

16 réflexions sur “Sujet de mémoire de master”

  1. Si ca peut t’interesser: étudiant en pharmacie 1ere année redoublant, travail à mac do et l’été dans un snack sur la cote 😀
    Sinon c’est clair que t’as de quoi faire! C’est marrant les mémoires je me suis toujours demandé ce qu’on pouvait raconter en tant de pages 🙂 C’est vrai que si je réussis cette année, à la fin je devrais me taper une thèse 😀
    Bon courage pour ce gros boulot!

  2. Arf… hm tu veux pas descendre sur bordeaux un de ces 4 ? ;D En plus Thethe va être sur Bordeaux ;D (oui je sais c’est très bas d’utiliser cet argument). Pour l’écriture ça s’apprend, puis la mise en page joue ^^

  3. J’attends qu’elle m’invite 😀
    Si elle le fait obligé j’y vais mdrrr, mais faut qu’elle ait un clic clac!
    Sinon comme tu parles de ca délire qu’ils vont bosser ensemble, ca me fait toujours autant halluciner lol

  4. Bosser c’est vite dit mais je vais l’exploiter à coup sûr pour me la couler douce 😎
    Faut qu’elle trouve un appart’ avant le 5 sinon oublie le clic-clac.

  5. Ouai domines la elle aime ca!
    (Thethe si tu me lis ^_^*)
    En tout cas j’espère qu’elle va vite trouver un appart et j’attends de ta part de me donner tous les potins et ragots sur elle!
    Merci (^_^)/

  6. Ca fait des coms en plus mdr 😀
    Sinon on attends d’avoir plus de news, c’est un sujet interessant et dont je me sens concerné donc je veux voir l’avancé 🙂

  7. Un texte intéressant qui pourra a priori te fournir quelques pistes : « Du ketchup dans les veines » d’Hélène Weber (non non ce n’est pas sa petite petite petite fille) Une enquête sociologique au macdo, l’analyse est triviale par moment, mais relève quelques traits fondamentaux de l’incorporation managériale des étudiants dans la firme 🙂 Ce n’est pas tellement un champ sur lequel je bosse mais je dois avoir quantité de cours et de références sociologiques sur le sujet, notamment parce que le centre de recherche de mon université est essentiellement destiné à la sociologie du travail. (centre pierre-naville d’Evry)

  8. Je te mets tout ça pêle mêle hein :
    « Etudiants en fast-food : les usages sociaux d’un petit boulot » > Vanessa Pinto Damien Cartron Guillaume Burnod

    « L’exclusion : l’état des savoirs , de l’école à l’emploi : les parcours précaires » > Patrick Werquin (96)
    Dans le même bouquin : Les jeunes et l’exclusion > Olivier Galland.
    Du même auteur : Portrait sociologique de la jeunesse française.

    Ensuite ensuite, il me semble judicieux d’aller faire un tour du côté de la valeur travail, mais aussi de la forme scolaire, enfin là je ne dois pas t’apprendre grand chose : Friedmann, Dominique méda, Bernard Charlot, Baudelot et Establet.

  9. Je viens de t’envoyer un mail avec quelques références que je lisais. Le deuxième texte de Cartron dont je parlais est le premier livre que tu viens de citer. j’avais pensé à la valeur travail, mais pas à la forme scolaire, j’exploiterai cette piste aussi. merci 😉

  10. Je ne connais pas de livres critiques de ce bouquin mais la première piste que j’exploiterai c’est mes bons vieux professeurs de français 😉 (si vous avez le moyen de prendre contact bien sûr), ensuite peut-être que que la bibliothèque pourrait vous renseigner.

  11. Bonjour me voilà un an plus tard!
    Si quelqu’un peut me suggerer des references biblio sur l’industrie notamment sur les sites SEVESO , j’aimerais relié cela avec les troubles de la santé …

  12. Salut à tous. Je suis étudiant en master 1 en sociologie politique.Je sollicite votre aide car je viens de virer pour la sociologie politique et j’ai un véritable problème de choix de sujet.Je suis plus intéressé par les sujets en rapport avec l’eglise.Merci d’avance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*