Eropolis : le salon de l’érotisme à Bordeaux

Rien de mieux que ce jour de Saint Valentin pour vous parler du salon de l’érotisme qui s’est tenu récemment à Bordeaux. J’ai porté un intérêt à ce salon pour deux  raisons :  De par mes études, j’ai un parfois un rôle de prévention à tenir auprès de jeunes voire de jeunes mères en matière de sexualité et risques. J’estime ensuite que l’érotisme et le porno sont une culture comme une autre (comme on nous l’indique chez  mandorine). Soyons donc decomplexé(e)s.

En allant vers le salon

Eropolis se veut un salon d’ordre « familial » qui permet à chacun de de-diaboliser sa propre sexualité. Soit.

Je crois que la partie la plus drôle.. a été de devoir traverser un  autre salon spécialisé dans les études et la formation pour se rendre au salon de l’érotisme. Paradoxe quand tu nous tiens.

Le salon est ouvert à toute personne de plus de 16 ans, mais certaines parties sont reservées aux personnes majeures. 10 euros l’entrée, c’est ce qu’il vous en coutera pour accéder au salon, si vous avez bien sûr pris la peine d’imprimer le bon de reduction de 7 euros sur le site d’éropolis. Sinon c’est 17 euros pour les deux jours. Le ton est donné.

Contenu du salon

Première reflexion…il y a beaucoup d’hommes (parfois venu entre potes), des couples (plus ou moins jeunes), et beaucoup…de photographes. La présentation des stands n’y est … pas très glamour. Marcher sur du béton armé autour de tentes et baches rouges plastifiées et noirs avait de quoi refroidir….et il faisait déjà assez froid dehors.

Niveau stand, on y trouvait beaucoup de revendeurs de sextoys et accessoires (divers et variés). A ma grande surprise, la plupart des stands proposaient une gamme homme. Oui les sextoys chez les hommes ça commence à être en vogue. C’est assez rigolo de soulever ça quand même au passage quand on sait le sex toy pour femme  est souvent assez mal accepté dans les couples via des conversations que j’ai pu entendre…(Bien que les statistiques prouvent le contraire au final…). Ensuite on trouvait des stands sur l’épilation définitive, des shows room pour des strip tease, un stand de conduite de voiture de sport ( cherchez le rapport), des stands de vente de tenues et lingerie assez cheap, un stand de vente pour lutter contre la cigarette (cherchez le rapport bis), des ventes de piercings…une nana qui vendait un livre sur le sexe (mais impossible de lire le titre) à côté du stand de dédicace d’Allan Théo..tronant fierement en photo à poil, sa guitare cachant le peu qu’il restait. Classe.

Je n’ai pas vu le coin spécialement reservé aux filles avec des chippendales, mais le peu d’homme que j’ai pu croiser bodybuildés en shorty ( alors qu’il faisait moins 7 dehors)… je trouvais ça ridicule. Pareil pour le bar à gogo danseuses, je ne l’ai pas vu.

Un peu plus loin se tenait LA SCENE. Bondée forcement, parce qu’il y avait des demonstrations de strip tease, de pôle dance, de chippendales. Cela restait assez intéressant parce que les spectacles étaient assez maitrisés. Et c’était franchement marrant de voir les gens choisis dans le public être super mal à l’aise sur scène « mais qu’est ce que je fais là ? » avec le strip tease en cours.

La partie Hot du salon

La partie X en gros en quoi. On nous promet des gadgets, des accessoires, des ventes X, des stars, des shows, à condition de payer 2 euros 50 .

Et en fait, en rentrant dedans, on y trouve des stands de dédicaces vides des porns-stars, des ventes de DVD, des filles playmates ( hideuses au passage) qui essaie de te refiler des tracts, un stand de vente de jaccuzi (lolilol)… et une toooute petite scène en hauteur sur laquelle un show démarre. Forcément c’est beaucoup plus.. hard dans le sens où les filles jouent avec leur mains ou des accessoires.  Hoo une petite culotte qui vole dans le public.()

Une partie tournage de film X est accessible… contre 10 euros. Un écriteau avertit explicitement  » attention cet endroit peut faire bander ». Je n’y suis pas allée, parce qu’honnetement il y a des milliers de documentaires qui trainent sur la toile pour comprendre comment ça fonctionne un tournage.

 

En résumé..? Du cul du cul du cul

C’est bidon. C’est bidon parce que c’est super glauque et vide. Le salon est tourné vers un espèce de machisme primaire (que des porns stars filles dans la partie X) et une sexualité à tendance hétérosexuelle : le garçon, la fille  et le fantasme du duo lesbien. Aucune visibilité sur la sexualité gay, le bondage, le burlesque ou… l’érotisme tout simplement. Tant pis pour des conférences sur les métiers du sexe et du porno, exit l’atelier où on pourrait apprendre à faire un strip tease. On y trouvera un intérêt que si on n’y connait rien en matière de sex toys, les vendeurs renseignent assez bien. Il y a quand même encore un sacré pas à franchir en matière de mentalité. Comme dirait Angel Summers sur twitter  » C’est pas parce que je suis actrice que seul des photos de bites peuvent m’intéresser lol »

Du coup, je vous mets quelques liens de culture général sur l’univers du sexe et de l’érotisme, histoire de voir  un peu de contenu :

Une réponse à “Eropolis : le salon de l’érotisme à Bordeaux”

  1. Nous y sommes allés l’année dernière, en amoureux, car j’avais eu des places gratuites et nous en sommes ressortis (rapidement) avec le même constat que toi ; glauque et machiste mais d’érotisme point.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*